maroc , tourisme maroc

L'ORGANISATION DE VOTRE SÉJOUR MODALITÉS DE SEJOUR AU MAROC

MODALITÉ DE SÉJOUR

Horaires du maroc

Comme le Royaume-Uni et le Portugal, le Maroc vit à l'heure T.U. (Temps universel).
En hiver, quand il est 12h en France, il est 11h au Maroc.
En été, cela se complique car le royaume a adopté l'heure d'été, mais pas aux mêmes dates qu'en france.
En principe, elle entre en vigueur en avril et se termine... au début du ramadan (dont la date fluctue d'année en année).
Du coup, entre avril et octobre, il y a 1h ou 2h de moins qu'en France.

Conseil pratique au maroc

Électricité

Tout le pays est équipé en 220 V avec des fiches de standard européen. Pas d'adaptateur à prévoir donc.

Horaires

  • Les bureaux de change : en principe, ils sont ouverts tous les jours, sauf (parfois) le dimanche après-midi ; leurs horaires d'ouverture sont très larges.
  • Les banques : leurs horaires sont plus limités : elles sont ouvertes du lundi au vendredi de 8h15 à 15h30 ou 16h (9h15 à 14h30 pendant le ramadan), avec parfois une pause lors de la prière du vendredi.
  • Les magasins : les échoppes des médinas ouvrent tôt le matin et vous pourrez y faire vos achats jusqu'à des heures indues.
  • Les bureaux de poste sont ouverts du lundi au vendredi de 8h à 16h15 

Communiquer au Maroc

Langues

  • L'arabe : on distingue l'arabe classique, la langue du Coran (littéraire), langue de l'éducation, de l'administration et des médias, de l'arabe dialectal, langage parlé qui varie selon les régions et selon les classes sociales. L'arabe dialectal marocain reprend directement du français beaucoup de noms modernes ou d'expressions courantes.
  • Le berbère : pratiqué dans de nombreuses régions du Maroc, le berbère, tout comme l'arabe. Pour les Berbères, l'arabe est une langue étrangère.
  • Le français : dans de nombreuses entreprises employant du personnel de niveau universitaire, le français est la langue de travail, y compris entre Marocains. Selon l'interlocuteur qu'elle a en face d'elle, la même personne peut privilégier soit l'arabe, soit le français. La majorité des Marocains ayant fréquenté l'école parle notre langue. Pour les autres, le français est enseigné comme langue étrangère.
  • L'espagnol : autre vestige de la colonisation. La langue est parlée principalement dans le Nord.

Téléphone

  • De la France, la Belgique ou la Suisse vers le Maroc : 00 + 212 (indicatif du pays) + numéro d'appel à 9 chiffres (depuis la nouvelle numérotation) sans le 0 initial.
  • Du Maroc vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant à 9 chiffres (sans le 0 initial).
  • Du Maroc vers la Belgique : 00 + 32 + numéro du correspondant à 8 chiffres (sans le 0 initial).
  • Du Maroc vers la Suisse : 00 + 41 + numéro du correspondant à 8 ou 9 chiffres (sans le 0 initial).
  • Du Maroc vers le Canada : 00 (tonalité) + 1 + indicatif de la ville + numéro du correspondant (sans le 0 initial).
  • Les communications sont chères, beaucoup plus qu'en Europe. Méfiez-vous si vous appelez d'un hôtel, les prix sont bien souvent multipliés de façon astronomique !
  • Maroc Telecom a aussi mis en place un système de téléboutiques, ouvertes du matin jusqu'au soir. On les reconnaît à leur enseigne bleue. Il y en a un paquet dans chaque ville et même dans les villages. Certaines font également point Internet.
  • Avec votre téléphone portable, pas de problème si vous avez contracté une option « monde ». La couverture s'est nettement améliorée.

Internet

  • Il y a des cybercafés un peu partout, y compris dans les petites villes. 1h revient à moins de 10 Dh et même, parfois, à moins de 5 Dh. À certaines heures, ils sont pleins à craquer, fréquentés notamment par de jeunes étudiant(e)s qui en font un sport national. Sinon, la plupart des hébergements pour touristes sont désormais équipés du wifi, qu'ils proposent gratuitement à leurs clients.

ACCÉS AU ROYAUME

Formalités d'entrée

  • Le passeport en cours de validité pour la durée du séjour est exigé pour les ressortissants français Belges et suisses.
  • Pour les touristes européens encadrés par les tour-opérateurs, la carte d'identité en cours de validité peut être acceptée sous certaines conditions : les TO doivent déposer aux services de la DGSN la liste nominative des voyageurs concernés, au moins 72h avant leur arrivée.
  • Pour les Canadiens, le passeport est obligatoire.
  • Pas de visa pour les ressortissants de l'Union européenne ainsi que pour les Suisses et les Canadiens, mais le séjour ne peut excéder 3 mois. Pour ceux qui souhaitent rester plus longtemps (avec un maximum de 3 autres mois), la demande de prolongation doit être effectuée sur la base de justificatifs de résidence et de ressources, au minimum 2 semaines avant l'expiration du délai initial de validité (passeport obligatoire).
  • Pour louer une voiture au Maroc, le permis de conduire national suffit. Mais il faut avoir 1 an de permis et une carte de paiement. Sachez aussi qu'en cas de non-rachat de la franchise, la plupart des compagnies bloquent le montant de ladite franchise jusqu'à la remise du véhicule (et celle-ci, qui varie toutefois selon le loueur et la catégorie de la voiture, peut être très élevée !). L'opération est ensuite annulée. Il est conseillé de bien se renseigner avant le départ sur les conditions de location et de prévoir, le cas échéant, la disponibilité du montant sur sa carte.

Transports au maroc

AVION

Des vols relient l’Europe à 10 aéroports marocains : Agadir, Casablanca, Essaouira, Fès, Marrakech, Nador, Ouarzazate, Oujda, Rabat et Tanger.
La RAM dessert également l’intérieur du pays (Tétouan, Al-Hoceima, Er-Rachidia, Dakhla,Tan-Tan et Laâyoune).

TRAIN

L'ONCF (Office national des chemins de fer) dispose de trains express relativement rapides, propres, climatisés et. Des lignes TGV se profilent même dans le nord du pays... Un bon moyen, donc, de circuler sur les grands axes.
Vous aurez plus de chance de trouver de la place assise en 1re classe!
Le réseau, hérité du protectorat, est peu développé (2100 km) :
- La ligne de l'Est relie Casablanca, Rabat, Kénitra, Meknès, Fès, Oujda. Une autre ligne relie Taourirt à Nador.
- La ligne du Nord relie Casablanca à Tanger-Méditerranée, via Tanger. Compter 4h45 environ.
Fin 2016, (selon les prévisions) la mise en service de la première ligne TGV devrait permettre de faire le même trajet en 1h30! Elle reliera ensuite Marrakech, Essaouira et Agadir.
- La ligne de l'Ouest relie Casablanca à Marrakech. Compter un peu plus de 3h.
Les billets sont valables le jour de leur émission. Si vous n'avez pas pu vous procurer votre billet au guichet, demandez un ticket d'accès délivré gratuitement à l'entrée du quai de la gare ou aviser le contrôleur avant d'emprunter le train. Un billet acheté dans le train vous coûtera plus cher.

BUS

Ils sillonnent tout le pays et vous amènent dans les coins les plus reculés à des tarifs raisonnables. Demandez systématiquement un reçu ou un titre de transport, les bus sont contrôlés.

Trois grandes sociétés de bus, CTM, SATAS et Supratours, ont des gares routières (ou de simples bureaux d'où partent les bus) dans les villes importantes, mais il en existe de nombreuses autres de tailles diverses. Les compagnies locales, sur les mêmes destinations, sont évidemment meilleur marché, mais le confort et le service ne sont pas équivalents. Certaines utilisent de vieux véhicules qui sont rafistolés.

S'il fait très chaud, faites comme les Marocains : prenez les bus dès le petit matin. Et prévoyez votre propre bouteille d’eau.

- La CTM couvre presque tout le territoire marocain.

Les bus sont souvent complets, réservez 24h à l'avance.

- La Supratours est une filiale de l'ONCF. Tél. : 05-37-77-65-20. On peut d'ailleurs acheter des billets combinés train + bus. Ses services sont excellents. Pour de longs trajets, nous vous la conseillons car deux chauffeurs se relaient systématiquement.

TAXIS

Les petits taxis

Les petits taxis n'ont pas le droit de sortir des villes. Les tarifs sont très abordables, surtout si on connaît les règles du jeu. Dans les grandes villes, ils sont en principe munis d'un compteur. Deux possibilités : prendre le taxi en négociant (ferme) le prix de la course avant d’embarquer.

- La nuit il y a une majoration légale de 50 %.

- On ne peut pas monter à plus de trois personnes dans les petits taxis, enfants compris.

- Ayez toujours de la monnaie.

Les grands taxis

Généralement de vieilles Mercedes des années 1970, ils sont effectivement plus grands que les précédents. Ce sont les seuls à pouvoir sortir de leur ville d'attache. Ils sont dépourvus de compteur. Commencez par chercher le courtier, muni d'un carnet. Il est habilité à vous vendre un billet et à vous placer dans une voiture.

Les prix ne sont que légèrement supérieurs à ceux des bus (et encore, pas toujours), et les taxis sont plus confortables. On s'y entasse jusqu'à six, plus le chauffeur. Les grands taxis partent quand ils sont complets.


LES MINIBUS

On voit de plus en plus ces moyens de transport pour 10 à 12 personnes, intermédiaires entre le grand taxi et le bus. Plus récents que les grands taxis, ils devraient en principe être plus fiables, mais en pratique, c'est loin d'être le cas.


Conduite sur route

Conduire de nuit est vivement déconseillé. La quasi-totalité des cycles sont dépourvus de tout éclairage.

Personne ne semble apprendre aux jeunes enfants qu'il faut toujours regarder à gauche et à droite avant de traverser. Attention aussi aux enfants qui se plantent au beau milieu de la route pour vous obliger à vous arrêter.

Dès qu'il y a quelqu'un sur la route, mettez le doigt sur le klaxon.


Carte d'identité.

  • Population : 36 millions d'habitants (estimation 2015).
  • Superficie : 710 850 km² avec le Sahara occidental et 446 550 km² sans.
  • Capitale : Rabat (1 885 000 habitants).
  • Langues : arabe classique et amazigh (langues officielles). Parmi les langues véhiculaires : arabe 
  • dialectal, idiomes berbères (rifain, braber, chleuh et zénète), français (courant dans l'administration), espagnol (utilisé localement dans le Nord).
  • Régime : monarchie constitutionnelle.
  • Chef de l'État : le roi Mohammed VI (depuis juillet 1999).
  • Monnaie : le dirham.
  • Indice de développement humain (espérance de vie, éducation, niveau de vie) : 0,591. Rang mondial : 130 sur 187 pays.
  • Salaire minimum garanti : environ 2 415 Dh (environ 220 €) net.
  • Sites inscrits au Patrimoine mondial de l'Unesco : les médinas de Fès (1981) et de Marrakech (1985), le ksar d'Aït-Benhaddou (1987), la ville historique de Meknès (1996) et la médina de Tétouan (1997), le site de Volubilis (1997), la médina d'Essaouira (2001),la cité portugaise d'El Jadida (2004), et Rabat, capitale moderne et ville historique : un patrimoine en partage (2012) et Rabat (2012).

A SAVOIR

La santé au maroc

Vaccinations

  • Aucune vaccination n'est exigée pour les voyageurs en provenance d'Europe. Certains vaccins sont néanmoins utiles pour la protection individuelle du visiteur.
  • Être à jour pour ses vaccinations « universelles », recommandées en Europe pour tout le monde : tétanos, polio, coqueluche, diphtérie, hépatite B, typhoïde.
  • Les maladies transmises par l'eau et l'alimentation étant fréquentes au Maroc buvez de l’eau minérale, l'OMS recommande- en plus des mesures d'hygiène alimentaire universelles – la rage étant présente au Maroc, faire de suite le protocole anti-Rabique. en cas de morsure d’un animal. (Contacter institut Pasteur au Maroc).

Quelques règles de base

  • Pensez à vous laver les mains régulièrement, surtout avant les repas. N'importe quel savon est efficace contre les bactéries, pourvu que le lavage soit vigoureux. Privilégiez les ongles courts.
  • Selon l'OMS, « la distribution d'eau potable est assurée dans toutes les grandes villes et dans certains villages, mais il est recommandé de boire de l'eau minérale ». Exigez qu'elle soit décapsulée devant vous. Pour les boissons chaudes (thé notamment), l'eau doit être bouillie. Proscrire les boissons non industrielles, les glaçons, le lait et ses dérivés non industriels, les coquillages
  • Fruits et légumes : d'après l'OMS, « lavez-les, pelez-les, faites-les bouillir ou laissez-les ». Mais si le risque est réel dans les coins où l'eau potable n'est pas garantie, il est réduit dans les grandes villes. Ce serait dommage de passer à côté des délicieuses salades marocaines et des jus de fruits frais.
  • Consommez les viandes bien cuites et servies fumantes, bannissez les viandes saignantes et rabattez-vous donc sur les couscous, tajines et méchouis, qui ne posent pas de problème.
  • Ne pas consommer de lait et ses dérivés non pasteurisés. Risque rare chez les voyageurs, plus fréquents chez les expatriés et répandu parmi les Marocains : la brucellose.
  • Pensez au riz blanc ! Mieux : consommer-en.
  • Consultez un médecin en cas de diarrhée contenant des glaires, du pus, du sang et/ou qui s'accompagne d'une fièvre. Pour de simples selles molles et fréquentes, utiliser un antibiotique allié à un ralentisseur du transit intestinal.
  • Les MST et le sida est bien présent comme partout. Sortez couvert ! On trouve des préservatifs dans toutes les pharmacies marocaines.

Pour le reste :

  • évitez de vous baigner ou de patauger en eaux douces stagnantes.
  • protégez-vous du soleil, partout et encore plus en montagne.
  • en cas de petit bobo, les pharmacies marocaines sont souvent correctement approvisionnées et les médecins, bien formés.
  • souscrivez, avant le départ, une assurance « assistance-rapatriement ».

En bref

Pour les Français belges et suisses, passeport en cours de validité (demandez confirmation auprès de votre compagnie aérienne, car certaines refusent un document expirant moins de 3 mois après la date de retour) ; cependant, pour les touristes européens encadrés par les tour-opérateurs, la carte d'identité en cours de validité peut être acceptée sous certaines conditions.

  • Vaccins conseillés : aucun.
  • Meilleure saison : De Mars à Juin.
  • Décalage horaire : -1h.

Économie du Maroc

L’économie marocaine n’a pas été épargnée par la crise financière de 2008 ni par la crise économique qui frappe l’Europe. Et pour cause, la France représente près de la moitié des investissements étrangers, notamment dans le secteur de la télécommunication. Pour attirer toujours plus d’investisseurs, le Maroc poursuit une grande politique de privatisation, de modernisation des infrastructures et de diversification. Portée par des coûts de fabrication bas et une réglementation de moins en moins contraignante, l’industrie a le vent en poupe : automobile (Renault emploie 5 000 ouvriers à Melloussa), aéronautique (Airbus, Boeing, Safran, Bombardier), labos pharmaceutiques...

L’économie du pays, pourtant très dépendante de la vitalité du secteur agricole et de la conjoncture européenne, résiste plutôt bien, avec une croissance de 4,4% en 2013, prévue autour de 3% en 2014, selon la Banque mondiale. Mais le déficit commercial se creuse, notamment en raison de la facture énergétique et de l’augmentation des importations.

Un secteur primaire encore prépondérant

- Le domaine agricole constitue l'un des piliers de l'économie marocaine (environ 18 % du PIB en 2013). Très dépendante de son agriculture, l'économie marocaine n'en est que plus fragile. En cause : la structure des exploitations, l'archaïsme des méthodes, les aléas climatiques, la surexploitation des ressources naturelles et une céréaliculture qui consomme 80 % de l'eau du pays.

Pour moderniser le secteur, les autorités ont mis en place le plan « Maroc vert » depuis 2008. Il s’agit d’un ambitieux programme de réforme de l’agriculture, qui tient compte de la spécificité de la terre et du climat.

Les aléas climatiques peuvent avoir des conséquences dramatiques. Une mauvaise année, et c’est toute une partie de l’économie du pays qui flanche ; a contrario, les bonnes récoltes limitent considérablement l’exode et le développement des bidonvilles.

- La pêche, autre branche du secteur primaire, représente une manne financière non négligeable. Les pêcheurs travaillent dans des eaux, riches mais un peu trop prisées par leurs voisins espagnols, français ou portugais.

Le textile

Le textile et le secteur de l'habillement représentaient, jusqu'en 2005, près de 40 % des exportations. Les premiers à tirer leur épingle du jeu: les tapis marocains. Toutefois, la concurrence des pays asiatiques, à laquelle s'est ajoutée la crise mondiale, a fait mal.

« Le printemps du tourisme marocain »

Le tourisme au Maroc représente 7 % du PIB. C’est donc un secteur-clé de l’économie, bouleversé en 2011 d’abord par le « printemps arabe » et l’attentisme des voyageurs, et surtout par l’attentat perpétré à Marrakech fin avril 2011. Beaucoup d’argent a été investi dans le secteur touristique.

Le plan « Vision 2020 » a pour objectif l’ouverture de 200 000 nouveaux lits et un doublement du nombre de touristes étrangers d’ici 2020, soit 20 millions de visiteurs. Ce plan prévoit également d’insister sur le tourisme culturel.

Si un tel espoir est fondé sur le tourisme, c’est qu’il constitue la première source de devises du pays avec près de 5,5 milliards d'euros de recette en 2013. Cette même année, la barre symbolique des 10 millions de touristes a d'ailleurs été franchie (+ 7% par rapport à 2012).

La manne étrangère

Autre source de devises non négligeable, les Marocains résidant à l'étranger (les MRE) rapportent chaque année plus de 3 milliards d'euros dans les caisses. Sur les 10 dernières années, cette manne étrangère représente près de 7 % du PIB.

L’argent provient notamment des jeunes diplômés ayant estimé que leur avenir au Maroc était compromis par le népotisme et la corruption. Près de 70 % des Marocains instruits sont tentés par l’émigration. Une fuite de la matière grise préjudiciable au pays.

Par ailleurs, de plus en plus d'étrangers s'installent au Maroc, et l'immobilier connaît un certain essor grâce aux résidences secondaires.